Page non trouvée

Construire un futur durable pour nos enfants est devenu l’un des plus grands défis de l’humanité. Aujourd’hui, le Maroc se mobilise, et cela se décline naturellement dans la finance.


L’innovation durable, un état d’esprit ancré dans notre stratégie

Changement climatique, raréfaction des ressources naturelles et crises économiques sont autant de grands défis auxquels l’innovation durable doit être la réponse. C’est à travers le développement durable les modèles économiques pourront se réinventer dans le but d’adresser ces grands défis de l’humanité.

L’innovation se situe au-delà de la technologie et doit générer de la valeur sociale et environnementale et de ce fait, ne peut être que durable. Mais comment favorise-t-on cette innovation durable ? Nous sommes convaincus qu’elle relève d’un état d’esprit, de la culture d’un pays ou d’une entreprise et ne peut être réduite à une fonction R&D ou encore aux entreprises technologiques.

Chez CDG Capital, nous sommes parfaitement conscients de cette nécessité d’intégrer l’innovation durable dans notre conduite du changement. La durabilité irrigue notre stratégie jusqu’à nos produits avec des offres éco-innovantes qui feront le marché sans attendre que le marché ne les réclame.


cdg capital innovation

Notre participation à la réflexion sur l’analyse des risques physiques

CRIS (Climate Risk Impact Screening) est un projet innovant qui vise à élaborer une méthode et des outils, qui permettent d’analyser l’exposition des portefeuilles multi-lignes d’actifs corporate, souverains et infrastructure aux risques physiques. On entend par risques physiques, ceux découlant de l’exposition des actifs aux conséquences du changement climatique (élévation du niveau de la mer, sécheresse, inondations, etc…). Ces impacts peuvent conduire à des dommages physiques ou accentuer les risques opérationnels, financiers, réglementaires et de réputation. Ainsi, le nombre d’événements ayant causé des pertes économiques a triplé dans le monde entre 1980 et 2014. En 2016, 1900 événements ayant engendré des pertes sont survenus, représentant des dégâts estimés de l’ordre de 175 milliards USD. 

Il est important de noter que 93% de ces événements étaient liés aux conséquences du changement climatique, qui impacteront de plus en plus fortement la valeur des portefeuilles d’investissement. Dans ce contexte, CRIS s’attèlera à aider les gestionnaires d’actifs à connaître le niveau de risque de leur portefeuille pour pouvoir le gérer au mieux, le suivre dans le temps et engager un dialogue avec les entreprises sous-jacentes sur leur vulnérabilité au changement climatique.

Component

Pour mener ces analyses, CRIS s’appuie en données d’entrée sur des informations financières descriptives des activités de l’actif étudié, y compris la répartition des revenus ou des actifs tangibles par pays et par secteur.

Ces informations sont ensuite combinées avec des données scientifiques sur les aléas climatiques et les vulnérabilités sectorielles et souveraines. Les données de sortie de l’analyse permettent d’évaluer le risque de l’actif selon les trois scénarios climatiques du GIEC et selon deux périodes (2050 et 2100). Les notes de risque allant de 0 à 99 sont présentées pour les 7 aléas climatiques directs. Les notations de risque peuvent être fournies aux niveaux de l’actif et du portefeuille. En novembre 2017, un guide méthodologique a été rendu public.

Développé par le cabinet Carbon4, le projet a bénéficié de la contribution financière et méthodologique des sponsors tout au long de l’année 2017. En outre, le développement de la méthode CRIS a reçu l’appui d’un conseil scientifique de haut niveau. Ainsi, CDG Capital a participé aux comités techniques et aux comités de pilotage en vue

  1. d’affiner les principes méthodologiques de l’outil ;
  2. de questionner les usages potentiels de l’outil ;
  3. de sélectionner l’échantillon test ;
  4. d’améliorer la qualité des livrables de sortie de l’outil.

En décembre 2017, CDG Capital a tenu une session de formations de deux jours visant à renforcer les capacités de ses collaborateurs sur l’outil.

Le 8 novembre 2017, CDG Capital était présente à la conférence de presse du lancement du projet Climate Risk Impact Screening (CRIS), dans les locaux de Carbone 4 à Paris. La méthode CRIS vise à fournir, au niveau émetteur et au niveau portefeuille, des indices de risque physique basés sur 7 aléas climatiques directs et 9 aléas climatiques indirects, 60 profils de vulnérabilité sectorielle et 210 profils de vulnérabilité souveraine. Elle s’applique aux portefeuilles d’investissements multi-actifs (actions et obligations corporate, infrastructures, et obligations souveraines).

CDG Capital a sponsorisé le développement de cette méthode, aux côtés de l’Agence Française de Développement (AFD), la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), le Fonds de Réserve pour les Retraites (FRR), Natixis-Mirova, la Caisse Centrale de Réassurance (CCR), l’Etablissement de Retraite Additionnelle de la Fonction Publique (ERAFP), Electricité de France (EDF) et BNP Paribas.

CDG Capital, membre actif de l’International Developpement Finance Club (IDFC)

logo idfc

L’IDFC est un réseau de 23 institutions financières de développement nationales, régionales et internationales leaders, dont le Groupe CDG est un des membres fondateurs. 

Les membres du réseau s’activent ,à travers toute la planète, en faveur de la finance durable en comblant les principales lacunes de financement de projets et programmes de développement durable. C’est ainsi que ces grandes institutions catalysent les investissements dans de nouveaux secteurs économiques, sociaux et environnementaux et développement avec les gouvernements, le secteur privé et la société civile des environnements politiques et de réglementation favorables.

Le rôle de CDG Capital dans le réseau est prépondérant, comme en témoigne sa contribution à la réflexion globale menée par le club, en collaboration avec les banques de développement multilatérales et les Nations-Unies (conférence sur les changements climatiques-COP), afin de mettre en place des mécanismes de financement innovants en matière de développement durable. 


Initiative Mainstreaming

Lors de la COP21, des institutions financières publiques et privées du monde entier ont rejoint une initiative dédiée à l’intégration du climat au sein de leur institution. 
L’initiative désormais appelée « Climate Action in Financial Institutions » regroupe aujourd’hui 42 institutions financières dont des banques bilatérales régionales et nationales de développement, des banques multilatérales de développement et des institutions financières commerciales.

CDG Capital est active dans cette coalition qui apporte aux institutions l’opportunité d’apprendre les uns des autres, de diffuser les bonnes pratiques et leçons tirées de leurs expériences et de collaborer sur des sujets d’intérêt commun.
 
Les 5 principes volontaires pour intégrer le climat au sein de leur institution sont :

Component

Importance d’intégrer des considérations liées au changement climatique dans :

  • l'orientation stratégique et la vision d'une institution financière, ainsi que
  • par des actions à l'échelle de l'établissement
  • Nécessité de comprendre, de quantifier et de gérer activement l'exposition des entreprises aux impacts physiques du changement climatique
  • Anticiper et gérer la baisse de la valeur des portefeuilles d’actifs, en raison de l’exposition au risque climatique
  • Promouvoir les approches pour créer des instruments, des outils sur la meilleure façon de surmonter les risques climatiques. Cela peut inclure la mobilisation de financements supplémentaires et le développement de véhicules / produits de financement spécialisés, tels que les obligations vertes, les mécanismes de partage des risques ou les financements mixtes.
  • Engager les clients et les autres parties prenantes (par exemple, les agences de notation, les cabinets comptables) sur les risques et la résilience liés au changement climatique et partager les leçons tirées de l'expérience pour aider à intégrer davantage les considérations liées au climat dans les activités et les investissements

Mettre en place des outils opérationnels pour améliorer les performances climatiques des activités. Les institutions financières suivent et surveillent les indicateurs liés aux priorités en matière de changements climatiques, y compris :

  • les rapports sur les émissions de gaz à effet de serre,
  • les prêts et les activités de conseil en faveur des investissements verts,
  • les allocations d'actifs,
  • l'empreinte carbone de l'établissement.

Transparence dans le reporting de la performance climatique :

  • des montants des financements alloués au climat
  • de l'empreinte climatique du portefeuille d'investissement des institutions
  • de la façon dont l'institution s'attaque aux risques climatiques.