Chronique et Analyse

Publications

Quels indicateurs de liquidité pour la bourse de Casablanca ? Épisode 1

Si la liquidité des marchés actions et les risques y afférant sont très suivis par la communauté financière, il n’en demeure pas moins que mesurer cette composante complexe du risque de marché n’est pas chose aisée. Les intervenants sur les marchés ont habituellement recours à un composite de mesures, mais dont chacune appréhende une dimension spécifique de la liquidité et requiert des données détaillées sur les transactions.

Dans le contexte du marché boursier local, ces problématiques se posent de manière plus accrue. Les limites de risques actuellement en place ne cadrent pas de manière satisfaisante le risque de liquidité du fait qu’elles ont été historiquement orientées, d’une part, vers le risque de crédit, à travers la diversification des expositions aux émetteurs, et, d’autre part, vers le risque de marché, via des indicateurs classiques tels que le stop loss, la VaR... Afin de compléter ce dispositif de risques classique, il devient donc nécessaire de déterminer si les mesures de liquidité de référence sur les marchés boursiers développés sont appropriées à un marché émergent comme la Bourse de de Casablanca, et si le déficit structurel de liquidité du marché empêche les traders d’imposer une prime de liquidité lors de la négociation des prix de transactions.

Vous avez aimé cette page ? Partagez-là !